Accueil > L’eau en Guadeloupe > Contexte géographique

Contexte géographique

Les actualités du comité

Voir toutes les actualités

Le bassin de Guadeloupe

L’archipel de la Guadeloupe, situé au cœur des Petites Antilles est composé de deux îles principales, Basse-Terre à l’Ouest, volcanique et montagneuse (848 Km2), et Grande-Terre à l’Est, calcaire et peu accidentée (590 Km²).

Elles sont reliées par un étroit bras de mer la Rivière Salée et forment la Guadeloupe continentale. Les autres îles constituent les dépendances : La Désirade et Marie-Galante, situées respectivement à l’Est et au Sud de Grande-Terre, l’Archipel des Saintes localisé au Sud de Basse-Terre ainsi que Saint-Barthélemy et Saint-Martin à environ 200 kilométres au Nord-Ouest des deux îles principales. Plage de Guadeloupe

La délimitation du District Guadeloupe s’appuie ainsi sur ces huit îles, à l’exception de la partie Sud de l’île de Saint-Martin, hollandaise. Sa superficie totale est de 1 703 km².

La Guadeloupe bénéficie d’un climat de type tropical humide, tempéré cependant par l’influence maritime et par les Alizés ; il est caractérisé par une saison sèche de décembre à mai et une saison humide de juin à novembre. Les précipitations sont très importantes sur une grande partie de la Basse-Terre, oû le massif de la Soufrière est considéré comme le chàteau d’eau de la Guadeloupe, alors que Grande-Terre connaît une pluviométrie moindre.

Un patrimoine naturel unique

JPEG - 334 ko

Cascade Paradis (JPEG - 334 ko)

La richesse du patrimoine naturel guadeloupéen est exceptionnelle et provient de la spécificité et de la diversité des milieux naturels rencontrés. Les milieux littoraux en particulier revêtent un intérêt écologique de tout premier ordre reposant sur la juxtaposition de plusieurs écosystèmes que sont notamment les formations coralliennes, les herbiers de phanérogames marines et la mangrove.

La forêt tropicale développée sur les massifs montagneux de Basse-Terre contribue également à la richesse écologique de la Guadeloupe. L’intérêt et la fragilité de ce milieu ont conduit à la création du Parc National de la Guadeloupe en 1989.

Cette forte irrégularité spatiale des précipitations et la disparité des reliefs sont à l’origine du réseau hydrographique très diversifié de l’archipel. L’île volcanique de Basse-Terre est drainée par plus de 50 cours d’eau à écoulement permanent, alors que le réseau hydrographique des autres iles de l’archipel est essentiellement composé de "ravines" qui ne coulent que lors de précipitations importantes, lorsque les sols sont saturés en eau.

Les cours d’eau de Basse-Terre se caractérisent par de faible linéaire et des bassins versants de petite taille (10 à 30 km²). Seule exception, le bassin versant de la Grande Rivière à Goyave dont la surface atteint 158 km². La Grande-Rivière- à-Goyaves est ainsi le plus important cours d’eau de la Guadeloupe.

Le réseau hydrographique de Basse-Terre est alimenté principalement par les eaux de ruissellement, mais est également soutenu par de petites nappes perchées. Son régime hydrologique est de type torrentiel et largement influencé par les pluies journalières et les variations climatiques saisonnières.

Enfin les nappes souterraines de la Grande Terre, de Marie-Galante permettent de compléter la ressource disponible pour satisfaire les besoins en eau potable et en irrigation.